Nous connaîtreRapport d'activité

Voici un aperçu des actions menées en 2016 par le Fonjep pour renforcer le développement des projets associatifs de jeunesse et d’éducation populaire.

 

Contribuer au dialogue et à la coconstruction

Le dialogue et la coopération sont au cœur de la Charte de cogestion du Fonjep, qui a été signée en 2016 après plusieurs mois de travail du conseil d’administration. Son rôle ? Être un référentiel pour faciliter la reconnaissance réciproque des parties prenantes qui agissent dans une dynamique de coconstruction. Pour que la cogestion vive sur l’ensemble du territoire, le Fonjep développe aussi sa représentation régionale : l’installation de comités régionaux s’est accélérée en 2016.

Développer la solidarité internationale

Sur le terrain, l'idéal de coopération se concrétise au travers des dispositifs de solidarité internationale que gère le Fonjep. En 2016, 1 638 volontaires ont participé à des missions de solidarité internationale, 1076 jeunes de 16 à 25 ans ont mené 110 actions de développement avec des jeunes de pays étrangers et 45 personnes ont bénéficié d’un poste Fonjep d’éducation au développement (EAD).

Faciliter le déploiement des projets associatifs

La gestion des postes Fonjep est un pan majeur de l’activité. En centralisant et gérant les subventions en provenance de l’État et des collectivités pour cofinancer le salaire de personnels permanents, en informant les associations et en leur avançant les fonds, le Fonjep agit comme un facilitateur indispensable à la bonne marche des projets associatifs soutenus. 5 232 postes ont ainsi été gérés en 2016.

Encourager l’innovation sociale

Avec ses partenaires, le Fonjep analyse ces tendances et développe des pistes d’actions nouvelles pour répondre aux besoins en matière de politique de jeunesse et d’éducation populaire. L’expérimentation menée en 2014 et 2015 pour lutter contre le temps partiel subi dans les métiers de l’animation a été évaluée en 2016. Elle a montré qu’encourager financièrement l’augmentation du temps de travail a un effet levier sur l’emploi et des effets positifs sur la situation des salariés, mais aussi sur les associations elles-mêmes. Il y a là une véritable source d’inspiration possible pour développer une politique innovante de lutte contre le temps partiel subi.
Encourager l’innovation sociale, c’est aussi développer la mémoire du secteur, notamment à des fins de recherche. Le Fonjep gère et héberge le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Pajep) dont c’est précisément le rôle. En 2016 le Pajep a accompagné 9 associations qui souhaitaient valoriser leur fond d’archives, comme la Fédération unie des auberges de jeunesse (FUAJ).

Pour en savoir plus