Modèles socio-économiquesDe quoi parle-t-on ?

Dans un contexte économique singulier et un environnement politique et réglementaire instable, comment les associations du secteur de la jeunesse et de l’éducation populaire font-elles pour assurer la viabilité de leur projet associatif? Quels sont leurs besoins, leurs attentes, leurs réponses? Le Fonjep, en lien avec le Cnajep, a souhaité lancer un programme ambitieux pour accompagner la réflexion sur le sujet.

Table ronde sur les modèles socio-économiques des associations JEP, AG du Fonjep, 5 juin 2018. (Photo : Vincent Hamez)

Que désigne le "modèle socio-économique ?"

De quoi parle-t-on lorsque l’on évoque le modèle socio-économique d’une association du secteur de la jeunesse et de l’éducation populaire?

Le modèle socio-économique désigne généralement les moyens mobilisés au service du projet associatif et s’articule autour de trois axes principaux : les richesse humaines (bénévoles, salariés, services civiques, etc.), les leviers économiques (financements, structuration des coûts), les alliances et partenariats (locaux, régionaux, nationaux ; public, privés, privés non lucratifs).

Mais cette définition doit être nuancée et complétée : suivant les fondements théoriques auxquels on se réfère et les contextes dans lesquels on le convoque, le concept de modèle socio-économique évolue, comme vous pourrez le lire dans les états de l’art rédigés par les 4 équipes de recherche investies dans le projet que nous menons.

État de l’art

Quel est l’état des connaissances actuelles sur les modèles socio-économiques des associations de jeunesse et d’éducation populaire? Chacune des 4 équipes de recherche engagées dans les expérimentations menées dans le cadre du projet Fonjep a rédigé un état de l’art pour répondre à cette question en octobre et novembre 2018. Vous les trouverez en bas de cette page et dans la page "Ressources".

Ce travail éclaire leurs approches et les met en perspective avec les recherches académiques et empiriques existantes. Il permet :

  • De présenter et d’expliquer les hypothèses de travail de chaque équipe et les projets de recherche dans lesquelles elles s’inscrivent
  • De faire état d’autres expérimentations ou recherches menées sur les modèles socio-économiques des associations — et plus particulièrement des associations de jeunesse et d’éducation populaire — en France ou à l’étranger.
4 questions à se poser...

4 questions à se poser avant d’interroger son modèle socio-économique

Dans quoi s’engagent les associations de jeunesse et d’éducation populaire qui participent à une recherche-action sur leurs modèles socio-économiques et avec quelle grille d’analyse peuvent-elles envisager cette expérience? Laurent Gardin, grand témoin des échanges organisés lors de l’assemblée générale du Fonjep le 5 juin 2018, a proposé 4 axes de questionnement susceptibles d’accompagner la réflexion des associations. Synthèse de son intervention.

Laurent Gardin et Nadine Dussert, Juin 2018. (Photo : Vincent Hamez)

Laurent Gardin est Maître de conférences en sociologie à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (UVHC). Responsable pédagogique du Master Développement local et économie solidaire. Chercheur à l’IDP de cette université. Co-président de la Chaire interdisciplinaire et interuniversitaire d’économie sociale et solidaire et soutenabilité du territoire des Hauts-de-France

Quelle posture d’engagement adopter dans une recherche-action?

Après les présentations faites par les 4 équipes de recherche qui mènent les expérimentations, Laurent Gardin remarque des postures de recherche différentes : « associations chercheurs », « chercheurs engagés », « chercheurs non académiques ». Pour les associations aussi, il est important de s’interroger sur la posture à adopter, sur le changement auquel participer : changement individuel pour les participants à l’expérimentation, changement pour l’organisation, changement plus large au niveau politique dans une logique d’amplification ? Faut-il ériger des modèles en exemple et si oui, lesquels ? Quelle originalité l’éducation populaire peut-elle affirmer et transmettre dans son approche de l’économie ?

À quelle conception de l’économie se réfère la recherche-action?

Laurent Gardin explique que les équipes de recherche qui se sont exprimées ont des façons différentes d’appréhender l’économie. Pour l’une, l’économie est l’art de mobiliser des moyens (richesses humaines, financement, alliances) au service du projet associatif ; pour une autre il s’agit de produire de la valeur en considérant que le social est un élément qui favorise l’économique ; pour une troisième il faut définir une économie populaire adossée à l’économie informelle ; et enfin pour une dernière il s’agit de proposer un modèle hybride qui articule marché, redistribution et réciprocité.

Il invite les associations à bien décrypter ces approches qui ne sont pas neutres. : « quand on pense avec un marteau on voit des clous partout » dit-il, c’est-à-dire qu’on a tendance à trouver des résultats qui confortent l’approche qu’on est habitué à manier. « Il faut avoir du débat sur ces différentes conceptions de l’économie. Aucun chercheur n’est neutre — je suis moi-même engagé — il est nécessaire d’avoir une définition large pour ne pas se restreindre dans la réflexion ». Pour y aider, il propose de s’inspirer de la complexité des recherches pragmatiques menées par les associations pour résoudre leurs difficultés économiques.

Quelles coopérations expérimenter?

Laurent Gardin repère trois types de coopération généralement évoqués dans la réflexion sur les modèles socio-économiques : la mutualisation des moyens — convoquée parfois dans l’injonction — ; la coopération dans la mise en place d’activités ou de projets ; la coopération de type plaidoyer pour une action politique. Même si la coopération est prônée, il remarque qu’elle jouxte des dynamiques de concentration qui poussent les associations à grossir plutôt qu’à coopérer. Le risque est selon lui « d’aboutir à une standardisation qui appelle une régulation de type industrielle, antinomique avec une régulation professionnelle, associative, qui se réalise au niveau local ».

Enfin, à propos des coopérations avec le monde de l’entreprise privée lucrative, Laurent Gardin rappelle qu’il s’agit pour ces entreprises de servir une légitimité commerciale et d’image, notamment dans le cadre de la responsabilité sociale d’entreprise. Il pense qu’il y a à terme un risque de déséquilibre entre associations et entreprises, avec une perte d’identité et de légitimité des associations, surtout si les pouvoirs publics ne jouent plus leur rôle de régulateur.

Quelle régulation attendre de l’État?

Le politique et la vie associative sont intimement liés. Laurent Gardin présente différents modes d’intervention de l’État qui offrent aux associations  des marges d’action variables. La régulation tutélaire se caractérise par un État-providence qui ne négocie plus avec les associations sans les évaluer. Sa légitimité l’autorise à décider de ce qui est bien pour les associations et pour le bien commun. On peut aussi retrouver cette forme de régulation au niveau des collectivités ; Le New public management se caractérise par une régulation marchande par appel d’offres et mise en concurrence. La capacité de proposition du monde associatif n’est pas prise en compte ; la régulation négociée et conventionnée se caractérise par le dialogue et la co-construction. Cela ne doit pas masquer les rapports hiérarchiques existants et il faut regarder comment se fait la coconstruction : qui définit la politique, qui met en œuvre, qui évalue ?

Télécharger une version PDF de cet article

Pour en savoir plus

État de l’art sur les modèles socio-économiques des associations de jeunesse et d’éducation populaire :

État de l’art par Atémis

État de l’art par la FMSH

État de l’art par le Lisra

État de l’art par le Rameau